FÊTES CHRÉTIENNES   



 

 

Fêtes chrétiennes

 

 

Les fêtes chrétiennes rythment le temps de l’année. Elles marquent  aussi notre temps personnel.. La ritualité religieuse et familiale  façonnent notre mémoire. Les changements qui interviennent au long de la vie (culturels, personnels)  ne font pas oublier l’expérience, religieuse et sociale, nourrie à ces jours.

 

Les fêtes chrétiennes célèbrent principalement le Christ, ce que sa vie, sa mort, sa résurrection ont manifesté, dévoilé au monde. Tout au long de l’année elles viennent  non fêter un anniversaire, mais nous donner d’accueillir le mystère de Dieu [Dieu qui se révèle et se communique], l’alliance de Dieu dans l’aujourd’hui de nos vies.

 

La fête des fêtes est la fête de Pâques. Elle est  la fête par excellence. Elle a deux réalisations : la première, celle qui est concomitante des premières génération chrétiennes : la pâque hebdomadaire (l’eucharistie dominicale) ; puis plus tard la Pâque annuelle, trois jours (du vendredi au dimanche) célébrant solennellement la Pâque du Christ. Dans les premiers temps de l’Eglise, il n’est point besoin d’autres fêtes.  Seule la mémoire des martyrs au III° va apparaître, unissant à la Pâque du Christ ceux qui  sont morts et vivants avec lui.

 

Ce n’est qu’au IV° qu’une nouvelle approche va apparaître.  Les fêtes (du temporal) vont se multiplier, et se distribuer au long de l'année. Ce sera principalement le besoin de commémorer tous les évènements du salut et chacun d'eux ; pour on  les morcèlera : ainsi un jour propre vient commémorer ce qui est spécifique au mystère qui précédemment se trouvait pris globalement dans le mystère objet de célébration, sans distinction : ainsi on sépare vendredi St-samedi St -dimanche de Pâques (et l’on ajoutera le jeudi St), l’ensemble devenant le Triduum pascal ; ainsi l’unité première de la cinquantaine pascale va être morcelée, 3 fêtes jalonnant cette période : Pâques, l’ascension, 40 jours après, la Pentecôte.

 

 

**************

 

des durées et l'organisation du temps liturgiques

 

Relevons la symbolique du chiffre 40  qui renvoie à  une durée qui introduit à un nouvel état, elle se trouve présente de manière bien repérable ou plus cachée :

-         40 jours du carême

-         40 jours entre Pâques et l’ascension

-         40 jours entre le 6 août (transfiguration) et le 14 septembre (exaltation de la Ste Croix)

-         40 jours entre Noël et le 2 février (cet espace n’est plus aujourd’hui organisé et pris en compte).

Il y aussi 50 : la cinquantaine (7 x 7 +1) : la cinquantaine pascale

l'octave : 8 jours, célébration de tout une semaine [une octave], partant du jour de la fête elle-même, jusqu'à la fête de clôture [l'octave]. Aujourd'hui, deux octaves subsistent : Paques et Noël.

 

 

 


© 2014 CT